Connect with us
Nana Nana

Coups de coeur

Destin croisés : Ai Yazawa et l’épopée de Nana ! 🪷

Published

on

Nana est un manga écrit et dessiné par Ai Yazawa. Commencée en 2000 dans le magazine Cookie de Shueisha, la série s’est rapidement imposée comme un incontournable. Jusqu’à présent, 21 tomes ont été publiés, mais la série est en pause depuis 2009 à cause des problèmes de santé de la mangaka. Néanmoins, de nombreuses fois, Ai Yazawa a réitéré son envie de terminer Nana, qu’elle qualifie elle-même l’œuvre de sa vie.

En France, l’éditeur Delcourt/Tonkam a commencé la publication en 2002, contribuant à son succès international. Malgré l’attente d’une suite, Nana reste très populaire. Les cœurs passionnés du manga à travers le monde restent suspendus à la plume d’Ai Yazawa, nourrissant l’espoir qu’elle reprendra un jour l’écriture de cette saga emblématique.

Le Synopsis

Nana Komatsu, une jaune étudiante, décide de quitter sa ville natale pour partir rejoindre son petit ami Shôji, qui étudie dans une école d’art a Tokyo.

Dans le train à destination de la capitale, Nana Komatsu se retrouve a côté de Nana Osaki, une jeune fille qui se rend également à Tokyo pour réaliser son rêve de devenir chanteuse professionnelle. Les deux jeunes filles partageant le même nom vont rapidement se lier d’amitié bien que complètement différentes. Leurs chemins vont se croiser alors qu’elles cherchent à s’installer dans Tokyo et finissent par décider d’habiter dans le même appartement 707 afin de se soutenir mutuellement dans leur amour et leur travail.

Au-delà de Nana : L’univers captivant d’Ai Yazawa.

Ai Yazawa, une maîtresse incontestée de l’écriture manga, est reconnue pour sa capacité à toucher profondément le cœur de ses lecteurs. Son talent exceptionnel se manifeste à travers la création de personnages à la fois complexes et stylés, plongés dans des aventures riches en émotions et en drames.

Au fil de sa carrière, la Mangaka a réalisé des œuvres emblématiques qui transcendent les genres et les époques. En 1989, elle a donné vie à « Marine Blue », suivi en 1998 par « Last Quarter », deux œuvres qui témoignent de sa diversité narrative et de sa capacité à explorer des thèmes profonds.

Cependant, c’est avec des créations telles que « Paradise Kiss » (1999) et « Gokinjo, une vie de quartier » (1999) Ai Yazawa a vraiment laissé une empreinte indélébile dans le monde du manga. Ces œuvres, véritables joyaux de son répertoire, mettent en lumière sa capacité unique à capturer l’esprit de la jeunesse et les aléas de la vie urbaine.

Rêve et ambitions entrelacés

Le rêve et la quête du bonheur reviennent en permanence dans Nana. Les deux protagonistes se lancent dès le début du manga dans un objectif très clair. Pour Nana Osaki, chanter et vivre de sa musique, et pour Nana Komatsu, trouver le véritable amour et se marier. Le rêve est une partie intégrante de l’œuvre, et chacune y attache une grande importance. Cependant, comme le disait Nana Osaki : « Même si nos rêves finissent par se réaliser, ils sont rarement aussi beaux qu’on l’avait espéré, car ils font alors partie de la réalité et celle-ci est loin d’être parfaite. »

Finalement, les deux protagonistes réalisent leurs rêves sans jamais être satisfaites de leur situation. Dans Nana, les rêves se réalisent bel et bien, mais au prix de ne pas accéder au bonheur…

Les références de la réalité que l’ont retrouve régulièrement dans Nana

  • Vivienne Westwood : Vivienne Westwood, une icône de la mode britannique ! Elle a commencé dans les années 1970 et a joué un rôle clé dans le mouvement punk, notamment avec ses créations pour les Sex Pistols. Elle était en couple avec Malcolm McLaren, le manager du groupe punk. Ensemble, ils ont ouvert une boutique de vêtements à Londres et ont vendu beaucoup de pièces devenues emblématiques du mouvement punk. C’est un peu grâce à elle si l’on associe le punk à des éléments tels que les épingles à nourrice, les chaînes et le tartan.

  • Les Sex Pistols : Sex Pistols est un groupe de punk rock britannique, originaire de Londres. Ils ont vraiment secoué la scène musicale dans les années 1970. Leur album « Never Mind the Bollocks, Here’s the Sex Pistols » est considéré comme une pierre angulaire du mouvement punk. C’est un groupe qui a laissé une marque indélébile, même s’ils n’ont été actifs que pendant quelques années.

  • – Londres : Ai Yazawa entretient un lien très fort avec Londres à travers son travail. Dans ses mangas, elle fait souvent référence à la culture britannique. Plusieurs personnages ont des liens avec la ville. Dans Paradise Kiss, par exemple, où la mode joue un rôle central, le manga rend hommage à l’esprit créatif de Londres.

Hasards et destinées : reflets de la réalité japonaise ?

Ai Yazawa évoque énormément le destin dans Nana ; les chiffres 7 et 8 ont une grande importance symbolique. Le nom « Nana » signifie 7 en japonais, et on peut souvent voir ce chiffre associé à Nana Osaki. D’autre part, le chiffre 8 signifie Hachi. Ensemble, ces chiffres pourraient aussi représenter le destin entrelacé des deux Nana, comme une boucle du chiffre 8 liée éternellement.

Le destin est un thème central qui tisse l’histoire des deux protagonistes, Nana Osaki et Nana Komatsu, qui se rencontrent par hasard dans un train pour Tokyo. Leur amitié et leurs vies se développent en parallèle, avec des coïncidences et des choix qui semblent être guidés par le destin. Leurs chemins s’entrecroisent avec des rencontres amoureuses, des défis professionnels et des épreuves personnelles, mettant en lumière comment le destin peut façonner nos vies de manière inattendue. Le destin et les relations des personnages, tout est lié.

L’histoire des fils rouges, ou « Akai Ito », est également évoquée dans l’œuvre. Akai Ito est une croyance populaire au Japon qui a des racines dans la mythologie asiatique. Selon cette légende, les dieux attachent un fil rouge invisible autour des petits doigts de deux personnes qui sont destinées à se rencontrer, peu importe le temps, le lieu ou les circonstances. Ce fil peut s’étirer, mais il ne se brisera jamais. C’est une métaphore du destin qui lie deux âmes sœurs. Cette croyance est souvent utilisée dans la culture populaire, comme les mangas et les animes, pour symboliser un lien prédestiné entre les personnages.

Nana X Sex Pistols ? Quand le Punk de Londres rencontre le glam de Tokyo.

La mangaka s’est inspirée de personnes réelles pour créer ses personnages dans l’œuvre.

Nana Osaki et Ren sont inspirés de Sid et Nancy, et Ai Yazawa s’est inspirée de l’icône punk britannique Sid Vicious pour Ren. Les deux ont énormément de points communs : ils sont tous les deux bassistes et ont exactement le même style vestimentaire. Le collier en forme de cadenas que porte Ren est une réplique exacte de celui de Sid. Au début du manga, Nana Osaki mentionne que son idole est Sid Vicious.

Sid vicious et ren nana manga

Le comportement de Nana reste cependant très éloigné de la personnalité de Nancy, la petite amie de Sid, même si les deux relations amoureuses représentent toutes deux des aspects très toxiques. Dans Nana, Nana Osaki décide d’offrir le même collier en forme de cadenas à l’identique que Sid, pour lui faire comprendre qu’il lui appartient, car à ce jour, seule Nana détient la clé du cadenas.

Duo Punk/Rock : Anna Tsuchiya et Olivia Lufkin, les voix vibrantes de Nana

Dans la version papier, Ai Yazawa parvient parfaitement à retranscrire avec beaucoup de puissance et d’émotions des scènes de concert bien poignantes. Ce que l’anime apporte par rapport au manga est la possibilité d’écouter la musique. La musique joue un rôle très important dans l’œuvre. C’est la chanteuse japonaise Anna Tsuchiya qui interprète Nana Osaki, la chanteuse des Blast. L’album Anna Tsuchiya Inspi Nana comporte de nombreux morceaux connus de l’anime, principalement des openings et des endings (Rose, Kuroi Namida, Lucy), des morceaux qui collent parfaitement avec la personnalité des deux chanteuses.

Olivia Lufkin & Anna Tsuchiya
Olivia Lufkin & Anna Tsuchiya

Tout comme la chanteuse américano-japonaise Olivia Lufkin, qui interprète le rôle de Reina, la voix de Trapnest. Personnellement choisie par Ai Yazawa, Olivia Lufkin partage les mêmes origines que Reina et déclare à ce sujet : « Je ressemble tellement à Reina à bien des égards que c’est terrifiant, c’est presque comme le destin. Tout, de la façon dont elle interagit avec les gens qui l’entourent à son style en passant par ses forces et ses faiblesses, est exactement comme les miennes. » Dans l’anime, Reina décide même de créer une chanson dessus qui s’intitule « Shadow Of Love » et qui parle des fils rouges.

En réalité, le choix du prénom « Layla » pour le personnage de Reina dans Nana revêt une signification particulière. Ce prénom n’a pas été sélectionné au hasard, mais plutôt comme un hommage au célèbre morceau d’Eric Clapton portant le même nom. « Layla » est une chanson emblématique sortie à l’origine avec le groupe Derek and the Dominos en 1970, et elle occupe la position de septième morceau sur l’album. L’utilisation de ce prénom illustre la manière dont Ai Yazawa intègre des références musicales notables dans la construction de ses personnages, ajoutant ainsi une dimension artistique et culturelle à l’univers de Nana. Cette subtile connexion avec la chanson d’Eric Clapton ajoute une nuance intéressante à la personnalité et à l’histoire de Layla dans le récit.

Dans l’attente d’une fin pour Nana ?

Le manga compte à ce jour 21 tomes comprenant 80 chapitres. Cependant, avant la pause indéterminée de la série, les chapitres 81 à 84 ont été publiés dans le magazine Cookie de Shueisha au Japon en 2009, avant que la série ne soit mise en pause indéfiniment.

Les chapitres 81 à 84 ont été publiés respectivement en février, mars, avril et mai 2009. Ces derniers chapitres ont marqué une étape importante avant la suspension de la série, laissant les lecteurs dans l’attente de la suite de l’histoire. La publication de ces chapitres a suscité beaucoup d’anticipation et d’espoir quant à une éventuelle reprise de la série par l’auteure, Ai Yazawa, offrant ainsi aux fans la conclusion tant attendue de l’histoire complexe de Nana Osaki et Nana Komatsu.

nana chapitre 83

Si toutefois un jour il y aura une fin à Nana, il est important de rappeler qu’elle ne plaira sans doute pas à tout le monde, et ce, pour plusieurs raisons. Nana est une œuvre immense qui a marqué des générations et continue de le faire, en raison des sujets intemporels abordés et du réalisme poignant du manga. Parmi les sujets délicats traités dans Nana, l’addiction occupe une place importante. De manière très réaliste, le manga illustre comment l’indépendance et la perte de contrôle peuvent devenir des mécanismes de compensation. Les fans espèrent toujours qu’Ai Yazawa pourra reprendre la série et offrir une conclusion à l’histoire de Nana Osaki et Nana Komatsu. Cependant, en raison des défis auxquels l’auteure a été confrontée, il est essentiel de reconnaître que la conclusion peut ne pas répondre aux attentes de chacun, compte tenu de la complexité des thèmes abordés.

Un Possible Retour de la série Nana ?

Depuis sa mise en pause en 2009, la série Nana opère un retour progressif, ravivant l’enthousiasme des fans. La renaissance de la licence s’annonce prometteuse avec le lancement de superbes figurines de Nana Osaki et Nana Komatsu prévu pour juillet 2023 au Japon.

Le frisson persiste en 2024 avec la révélation d’une illustration inédite d’Ai Yazawa en février 2024 pour une collaboration dans l’univers de la mode, « Nana X Lulu Felice« .

Nana X Lulu Felice

Également, des figurines POP MART Skullpanda X Nana sont annoncées pour cette année en France, déjà disponibles au Japon et aux États-Unis. Ces signes ne passent pas inaperçus et alimentent l’espoir grandissant au sein de la communauté des fans. Les rumeurs d’une possible suite de l’œuvre se propagent, créant une atmosphère électrique parmi ceux qui ont suivi avec passion l’histoire des deux Nana.

Nana skullpanda

Mon Avis

Nana occupe une place privilégiée dans mon top 3.

Cette histoire me touche profondément, et comme évoqué précédemment, sa grande réalité est l’un des éléments qui m’ont particulièrement marquée. En tant que femme, je me suis retrouvée à m’identifier à de nombreuses situations présentées dans le manga. L’authenticité des émotions et des défis auxquels sont confrontés les personnages, en particulier les deux Nana, crée une connexion puissante avec le lecteur.

La complexité des relations, les rêves poursuivis et les luttes personnelles sont traités avec une sensibilité qui transcende les genres.

Nana transcende le simple divertissement pour devenir une exploration captivante et réfléchie de la vie, de l’amour et de l’amitié, ce qui en fait une œuvre qui résonne au-delà des frontières culturelles et des expériences individuelles. Un véritable coup de coeur !

MA NOTE : 30/20

Manga K

⛩️ Manga / Anime

Continue Reading
1 Comment

1 Comment

  1. HTTPS.SenKry

    16 mars 2024 at 22h26

    Article super intéressant et très bien rédigé continue comme ça ❤️

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

TOP ARTICLES

🔴 En LIVE sur Twitch Notre chaîne Twitch